Home Section Blog Principes Fonctionnement Les grands principes du PET (exemple du 18FDG)
Les grands principes du PET (exemple du 18FDG) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jean-Emmanuel FILMONT   
Samedi, 12 Janvier 2008 13:57

La réalisation d'un PETSCAN nécessite l'injection d'un traceur (petite quantité de produit radio-actif) nous prendrons ici pour exemple le traceur le plus utilisé : le 18 FDG, 18 fluoro-déoxy-glucose. L'examen réalisé au 18 FDG est souvent appelé TEP au 18 FDG ou 18FDG-PET ou encore Scintigraphie au 18FDG.

5.1 Synthèse de l'isotope émetteur de positon (le Fluor 18).

Synthèse du Fluor 18Le fluor 18 n'existe pas à l'état naturel, il sera synthétisé grâce à un cyclotron médical (cf synospis). Sa production est réalisée en bombardant de l'oxygène avec des protons, ceci afin d'enrichir le noyau de l'atome de fluor en protons. Cet enrichissement du noyau rendra l'atome instable. Afin de revenir à son état normal, le fluor dans notre exemple émettra un positon. En savoir plus...


5.2. Synthèse du traceur.

Une fois réalisée la synthèse du fluor 18, celui-ci est incorporé dans une molécule de glucose (sucre). L'atome de fluor de par sa petite taille et ses propriétés physiques, viendra remplacer un groupement OH (groupement hydroxyle) sur la molécule de glucose formant ainsi le 18 F fluoro-déoxy-glucose (18 FDG). En savoir plus...FDG

Les centres PET ne disposant pas de cyclotron, recevront leur 18FDG d'un site de fabrication distant. Compte tenu de la courte demi-vie du Fluor (109 minutes), il est impératif que la distance séparant le site de production du centre PET n'excède pas 2 heures de transport. [Q. 8]

 

5.3. Contrôle de qualité du traceur (FDG)

Avant toute injection à l'homme, le 18FDG doit satisfaire à certaines conditions réglementaires. En savoir plus...
Ce contrôle de qualité doit s'assurer de :

  • la pureté chimique (détection d'autres composés chimiques actifs, mesure du pH…)
  • la pureté radio-chimique (détection de composés chimiques secondaires également marqués par l'isotope)
  • la pureté radio-isotopique (détection d'autres isotopes)
  • la pureté micro-biologique (le soluté doit être stérile, détection de contaminations bactériennes…)
  • la pyrogénicité (le soluté ne doit pas contenir d'agent pyrogène, "succeptible d'engendrer la fièvre")

 

5.4. Injection du FDG.

Le 18FDG est ensuite rapidement injecté au patient, le plus souvent dans une veine du bras, comme une simple perfusion intraveineuse. Afin de permettre au FDG de se répartir correctement dans l'organisme, il est demandé au patient de rester allongé, au repos strict, durant 45 à 60 minutes. Cette période de repos absolu est essentielle. [Q.36] Réalisation de l'examen.

 

5.5. L'examen proprement dit

Le patient est placé sur la table d'examen, bras le long du corps. Cette table se déplacera progressivement à l'intérieur de l'appareil afin de réaliser l'acquisition des images. Dans certaines indications, tumeurs ORL par exemple, il pourra être réalisé des acquisitions supplémentaires.

La durée de l'examen peut ainsi varier de 20 minutes à 40 minutes en fonction du type de caméra utilisée et du protocole suivi.

 

Mise à jour le Samedi, 12 Janvier 2008 14:13